Nouvelle cuvée de techniciens vétérinaires

573

179 élèves du Centre national de formation en zootechnique et vétérinaire de Foumban (Cnfzv) ont reçu récemment leurs parchemins sanctionnant deux ans de formation dans les filières élevage, pêche et aquaculture. Ange Sandrine Yepga n’a pu contenir ses larmes de joie récemment à Foumban. La jeune fille, major de la filière technicienne de pêche, avec une moyenne de 14,15/20, a reçu son attestation de réussite des mains du ministre de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales, Dr Taïga.

Comme elle, 179 autres élèves du Centre national de formation en zootechnique et vétérinaire de Foumban (Cnfzv) ont reçu leurs parchemins sanctionnant deux ans de formation dans les filières élevage, pêche et aquaculture. Ces élèves sont désormais capables de mettre sur le marché des produits de bonne qualité à coût réduit en appliquant les nouvelles techniques de production. Leur porte-parole, Jacob Dodieu Enoah, a profité de l’occasion pour poser la question de leur insertion socioprofessionnelle. Il a notamment demandé la création, au sein du Minepia, d’un comité chargé de l’étude et du financement des projets crédibles montés par les lauréats des centres zootechniques.

Le Dr Georges Mindjié Mewoand, directeur du Centre a, lui, salué les efforts des pouvoirs publics pour relancer le Cnfzv en 2010, deux ans après l’interruption de ses activités. Cette sollicitude s’est manifestée par l’octroi d’appuis financiers s’élevant à un peu plus de 200 millions de Fcfa. Il a par la suite exprimé quelques doléances dont l’insuffisance des infrastructures ou encore la mise à disposition d’un personnel médical au Cnfzv. Le Dr Taïga, a rassuré le directeur du Cnfzv qu’ensemble, ils mettront tout en œuvre pour y apporter des solutions idoines. Aux élèves, il a promis que le gouvernement prendrait ses responsabilités pour accompagner progressivement les projets porteurs.

« Appliquez, expérimentez et mettez en pratique les connaissances apprises. Transformez votre formation en tonnes de viande et poisson afin de barrer la voie la voie à la famine et à infléchir le déficit annuel en protéines animales », a martelé le Minepia. Cette cuvée du Cnfzv a été dénommée « production de deuxième génération », une sorte d’invitation à promouvoir la modernisation de l’appareil de production à travers des innovations technologiques. Le Dr Taïga a par la suite visité les services de son département logés dans le département du Noun et les locaux du Cnfzv appelé à devenir au cours des prochaines années « un centre de référence » grâce à son énorme potentiel. Le Minepia est d’ailleurs en pourparlers avec la coopération brésilienne pour développer davantage la formation au Cnfzv.

Source : Cameroun Tribune